Tourismophobie : Ces destinations où les touristes ne sont plus les bienvenues

Tourismophobie

On dirait que chaque jour, il y a une nouvelle destination qui est « envahie » par les touristes. Et du coup, les habitants en ont assez. Ils veulent que leur ville ou leur pays reste intact et ne soit pas touché par les hordes de personnes qui ne pensent qu’à prendre des selfies et à acheter des bibelots. Ils mettent donc en place des politiques et des réglementations qui rendent visite. Voici quelques destinations qui ont récemment été ajoutées à la liste des endroits où le tourisme n’est plus le bienvenu.

1. Venise, Italie

En 2018, Venise a mis en place un nouvel ensemble de règles visant à limiter le nombre de touristes qui visitent la ville chaque jour. Entre autres choses, les visiteurs sont désormais tenus de payer une taxe pour d’entrer dans la ville, et ils ne sont autorisés à y rester que trois jours au maximum.

2. Barcelone, Espagne

En 2017, Barcelone a introduit une nouvelle loi qui limite le nombre de visiteurs dans les attractions les plus populaires de la ville, notamment la Sagrada Familia et le parc Guell. La ville envisage également d’interdire purement et simplement l’accès à certaines zones aux grands groupes de touristes.

3. Dubrovnik, Croatie

Dubrovnik a eu du mal à faire face à l’afflux de touristes ces dernières années, et la ville a donc mis en place un certain nombre de mesures pour limiter leur nombre. Ces mesures comprennent la restriction de l’accès à certaines zones de la ville et l’introduction d’une taxe touristique.

4. Machu Picchu, Pérou

Le Machu Picchu est l’une des destinations touristiques les plus populaires du Pérou, mais aussi l’une des plus fragiles. En conséquence, le gouvernement péruvien a mis en place un certain nombre de restrictions pour les visiteurs, notamment une limitation du nombre de personnes pouvant entrer sur le site chaque jour.

5. Sintra, Portugal

La petite ville de Sintra, située à proximité de Lisbonne, a été victime de sa propre popularité ces dernières années. Afin d’éviter que la ville ne soit submergée par les touristes, la municipalité a pris un certain nombre de mesures, dont la limitation du nombre de visiteurs et l’interdiction des bus touristiques.

Ces destinations où les touristes ne sont plus les bienvenues

6. Koh Phangan, Thaïlande

L’île thaïlandaise de Koh Phangan était autrefois une destination populaire pour les routards et les fêtards, mais elle a été de plus en plus envahie par les touristes ces dernières années. En réponse, le gouvernement a introduit un certain nombre de mesures pour limiter le nombre de visiteurs, notamment une interdiction de construire et une limitation du nombre de bateaux autorisés à accoster sur l’île.

7. Îles Phi Phi, Thaïlande

Les îles Phi Phi ont été rendues célèbres par le film « La plage », mais elles ont été envahies par les touristes ces dernières années. Afin de protéger l’environnement, le gouvernement thaïlandais a introduit un certain nombre de restrictions, notamment une limitation du nombre de bateaux autorisés à accoster sur les îles et une interdiction de la pêche.

8. Amsterdam, Pays-Bas

Amsterdam est l’une des destinations touristiques les plus populaires d’Europe mais c’est aussi l’une des plus fréquentées. Afin de réduire le nombre de visiteurs, la ville a mis en place un certain nombre de mesures, notamment une taxe touristique et l’interdiction des grands groupes de touristes.

9. Bali, Indonésie

L’île indonésienne de Bali est l’une des destinations touristiques les plus populaires au monde, mais c’est aussi l’une des plus polluées. En conséquence, le gouvernement a introduit un certain nombre de mesures pour limiter le nombre de touristes visitant l’île, y compris l’interdiction de certains types de tourisme.

10. Mont Everest, Népal

Le mont Everest est l’une des destinations touristiques les plus populaires du Népal, mais aussi l’une des plus dangereuses. C’est pourquoi le gouvernement népalais a pris les mesures suivantes pour limiter le nombre de visiteurs : obligation pour tous les alpinistes d’avoir un permis, interdiction de grimper en solo et limitation du nombre de personnes pouvant gravir la montagne chaque année.

Laisser un commentaire